lundi 9 avril 2018

- Le monstre qui dévorait le temps -



Tout petit, il se niche dans le coin d'une pièce, derrière votre épaule, c'est lui qui cache vos clefs quand vous êtes pressés, vous fait culpabiliser quand vous prenez une minute afin de vous changer les idées et surtout qui dévore le temps. Ces derniers mois, j'ai eu beau chercher, pas moyen d'en trouver, où se cache t-il ? Le temps m'échappe, se joue de moi et repart valises sous les bras pour ne me laisser aucun répit. 

Apprendre à gérer mon temps, à jongler entre les tâches et me perdre dans ce tourbillon fait d'aiguilles et d'angoisses. Je n'ai pas eu le temps de lire un livre ou je nuancerais cela par un livre à moi, que j'aurais choisi et non pas un imposé par l'université sur la vision de l'esthétisme d'Hegel ou de Platon ou bien sur le Trecento ou encore la couleur bleue. 



Non.

Là, je parle d'un livre pour moi et rien qu'à moi. Prendre le temps d'aller dans une librairie (ce qui ne manque pas à Paris), l'atmosphère particulière, le calme entre chaque rayon, le bruit des doigts qui parcourent les pages et l'odeur si singulière du livre neuf qui n'attend qu'une chose, qu'on le lise ! 






C'est alors, une fois mon compagnon de route choisi, je m'installe et me plonge dans un nouvel univers. Si pour beaucoup, les livres doivent être traités dans le plus grand respect (ayant une mère, bibliothécaire, croyez-moi, je le sais), je ne suis malheureusement pas de cet avis. Pour moi, un livre doit vivre, le dos est craqué, les pages cornées, la couverture porte la trace des différentes tasses de thé ou de café que j'ai pu boire tout au long de la journée, il devient un compagnon fidèle. Plus le livre est dans un état qui ferait frémir la plupart d'entre vous, plus cela signifie que je l'ai aimé. C'est toujours très mauvais signe avec moi quand un livre est immaculé, celui-ci terminera dans la boite à don !



Dans un petit mois, liberté chérie ! Et je peux vous dire que je vais m'y donner à cœur joie ! Sans pression aucune, je vais prendre le temps de lire, le temps de vivre. Dans un petit mois, je vais prendre le temps. 



À bientôt,

TheBookGirl

2 commentaires:

  1. Hihi j'avoue que je n'aime pas voir mes livres abimés (enfin pas tâchés en tous cas) mais pour le reste, ils peuvent vivre ça ne me dérange pas. Par contre, en bibliothèque je n'aime pas qu'ils soient trop abimés parce que du coup ils "vivent" moins longtemps =)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, je comprends, haha =D !

      Par contre, quand je parle de corner les pages, faire des tâches, craquer le dos ou que sais-je et bien que rien de tout cela ne soit intentionnelle à la base, je ne me permettrais jamais (JAMAIS) de le faire avec des livres qui ne m'appartiennent pas. Les livres empruntés à la bibliothèque ou que l'on me prête ne sont jamais abîmés, je fais très attention, au contraire ça m'énerve prodigieusement quand les gens ne font pas attention aux livres de la bibliothèque (paradoxal, me diras-tu, haha).

      En tout cas, merci pour ton commentaire, j'espère que tout va bien pour toi =)!

      PS : ton voyage en Islande était un véritable plaisir pour les yeux ! Bonne fin de soirée !

      Supprimer